Le littéral ou le sens caché , le croire est un baume.

Il faudra trouver dans l’Ancien Testament

La parole salvatrice et créatrice

Chacun l’attend

Sans pouvoir la faire jaillir

Les hommes cherchent cette folle dimension féconde

Les hommes sont des enfants

Qui citent et redisent

Du savoir non toujours digéré

Ils se plaisent à oublier tout contexte

Pour le plaisir d’un mot ou de deux phrases

Recréer nos graphismes bibliques

N’est donc pas que projet utopique

Nous sommes à la recherche de cet aspect

Pouvoir retrouver le sens

A défaut du littéral si trompeur

Les scènes font la Cène

Par petites étapes

Où chronologie s’établit à mesure

Nous cherchons un vade mecum de lecture Biblique

Quelques versets , du sens et une profondeur

Tout ne se maîtrise jamais

Indulgent doit être celui qui défriche

Peu regardant sur certains termes

Le Protestant incarnant la Bible

Le Catholique la Tradition et le Magistère

de façon abrupte , quasi militaire

Or, tout homme a besoin des trois

Le texte

Le passé

Une philosophie , synthèse des mots et du temps

Une trinité utile au plan de Dieu, aussi

Votre serviteur se sent annexé par les trois statuts

La grandeur de Dieu

Fait renoncer parfois à la chapelle nominée

Ou attire en plusieurs angles

Le croyant sincère

Ayant renoncé à l’identité

Croire se fera pour lui sans révérence

Envers quiconque

La pensée s’introduit et libère des chaînes anesthésiantes

Nous sommes bien peu de choses

Autant le savoir et l’exploiter

En terme de cheminement spirituel

Creuser les interrogations

Fera de vous un serviteur bien inutile

Aux prises avec l’ego improductif

Comme un instrument de l’apaisement Biblique

Le verset étant structure

Mais structure à dépasser , à faire macérer

Si l’on veut vivre et servir

Au -delà de toutes les médiocrités

Et des si factices ambitions

Si la mort n’est qu’un dard

Autant l’apprivoiser sans crainte

Et en faire un partenaire quotidien

Avec lequel oser débattre

Puisque tout recommence toujours , n’est-ce pas ?

Bibliquement autant qu’humainement

Ô fils de la nation divine

Cette Terre si attaquée.

Mais au tel potentiel

Que la crainte peut se trouver diminuée

Sans être hélas effacée

Le croire est un baume.

Auteur : pierreyveslesquerenorangefr

il est vital de dire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s