Psaume 1 entre les rives saines et celles qui ne le sont point.

Le Psaume 1 a cette caractéristique de bien séparer l’impie du juste. Il est, à vrai dire, assez manichéen et a un peu tendance à nous faire oublier la frontière passant en chacun de nous. Yahvé dirige la manoeuvre, toujours. Il est au bout du chemin, en Empereur des siècles et de l’éternité . Un peu « Jupitérien », sans doute. A travers son immensité et son caractère implacable. Car Yahvé « connaît », nous ne faisons que ressentir et découvrir, sans rien posséder du tout . Le Juste serait comparable à ‘un arbre » , dont il incarnerait toute la solidité, en celà, quelque peu l’allié du divin et semblant le rejoindre quelque peu.

Le « murmure » est évoqué . Comme un devoir humain vis à vis de ce qui le dépassé tellement.

Auteur : pierreyveslesquerenorangefr

il est vital de dire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s